Rechercher

L'être d'automne




L'été il était, jusqu'à ce que l'eau tonne.

Doux plaisir que celui de fabriquer dehors, sous une lumière naturelle et libre, un soleil aussi chaleureux que l’accueil des différents collectifs. La colle active ciseaux aiguisés, mes carnets s'exposaient tantôt dans une guinguette de causse , tantôt dans une carrière réinventée, j'ai aussi frôlé les pavés, sur une île où les passants passent sans être là, un marché où les gens viennent marcher... Sans compter les rencontres fortuites, heureux de croiser sur leur route des nouveaux réceptacles à leur écriture. Et puis vient le temps de retourner entre les murs protecteurs du froid qui glace les doigts, de nouveaux murs à adopter, dont les ouvertures laisseraient encore percevoir la verdure à la fois si revigorante et apaisante.



Côté création, les idées ont évoluées,

guidées par vos impressions :

des carnets qui rentrent dans le sac à main, d'autres plus discrets à porter autour du cou, "pas trop beaux sinon on ose plus les utiliser !" J'ai aussi réalisé pour la première fois un carnet grand format en forme d'escargot qui servira de livre d'Or pour un lieu d'expérimentations, dont l'animal emblématique n'est pas sans rappeler les valeurs prônées par Lent de main... Et comme un escargot entre été et hiver je tâte le terrain avant de rentrer dans la coquille. Période de transition donc, pendant laquelle la réflexion est au confort nécessaire,

l'inspiration au dessin et à la photographie, mes yeux fabriquent, pour le bien des couvertures à venir !